Accueil / Transport /

Covid-19 : Les ports du Range Nord sur le pied de guerre

, par Stratégies Logistique

Face à l’épidémie de coronavirus, les ports de Calais, d’Anvers et de Stockholm sont en première ligne pour assurer le transit de marchandises prioritaires. Tour d’horizon des dispositifs mis en place.

Face au danger de voir le trafic chuter, le port de Stockholm a carrément réduit ses tarifs de moitié sur les ferries pendant au moins un mois, au départ de Stockholm, Kapellskar et Nynashamn. « Dans cette situation très grave, où les pays ferment leurs frontières et où les compagnies de ferry ont du mal à maintenir leurs services de navigation, cette baisse des frais cette devrait aider à maintenir autant de traversées que possible dans les trois ports, à court et à long terme », a indiqué le communiqué. En Europe, Stockholm est le troisième plus grand port, en termes de trafic passagers, derrière Douvres et Helsinki, avec un CA de 82 millions d’euros réalisés en 2019.

Le port d’Anvers a tenu à rappeler que l’intégralité de des activités du port étaient assurés. « Les biens de première nécessité comme les produits alimentaires, les carburants et les matières premières nécessaires à l’approvisionnement des secteurs vitaux continueront à transiter par le port dans les semaines à venir », a indiqué le communiqué. Une task-force a notamment été constituée pour ré-approvisionner toutes les stations-service et mettre en place les mesures d’hygiène nécessaires.

Calais-Douvres

Sur la ligne Calais-Douvres, P&O Ferries a renforcé ses opérations de fret, pour assurer le lien vital de marchandises entre la France et le Royaume-Uni. « Le Royaume-Uni dépend de P&O Ferries pour une grande partie de ses aliments frais, ainsi que des importations de médicaments et d’autres fournitures vitales », a souligné le communiqué. « La traversée est également essentielle pour les économies de la France, de l’Irlande et de l’UE au sens large. »

En moyenne, la compagnie de ferries transporte 25 000 chargements de fret entre la France et la Grande-Bretagne. Le processus d’enregistrement et de chargement a été modifié pour éviter tout contact direct. Les protocoles de nettoyage ont été intensifiés sur les navires, qui sont également passés de la climatisation à l’air frais.

Par contre, la compagnie bretonne Britanny Ferries a suspendu plusieurs de ses traversées entre la France, l’Espagne, le Royaume-Uni et l’Irlande, et ne transporte depuis dimanche plus que des marchandises. « Une activité réalisée à perte, alors que 80% de son chiffre d’affaires de 444 millions d’euros provient du transport de passagers. On va attendre du gouvernement français et du gouvernement britannique qu’ils nous compensent » a indiqué Christophe Mathieu, PDG de l’entreprise à France 3 Bretagne. Seuls cinq navires sur les douze que compte la compagnie maritime sont actuellement exploités pour transporter du fret essentiellement depuis l’Angleterre vers la France.

Gérer l’urgence

Selon Jérôme de Ricqlès, expert du transport maritime qui a publié une tribune sur le site de son employeur Upply, une place de marché de la logistique lancée par Géodis, « la filière logistique et portuaire doit tout à la fois gérer l’urgence actuelle, avec la priorité donnée à l’alimentaire et aux produits pharmaceutiques, et se préparer au redémarrage pour éviter d’être « prise à contrepied » en Europe ».

Le spécialiste avance même, que dans le secteur de la pharmaceutique, « compte tenu de la pénurie de conteneurs reefers actuelle, il serait fortement souhaitable que l’Europe assouplisse ponctuellement sa réglementation de 2013 afin de pouvoir expédier en conteneurs classiques les produits ne nécessitant pas impérieusement le reefer, comme c’était le cas auparavant », les températures de ce printemps le permettant.

Il incite également les Etats à encourager les compagnies maritimes à accélérer ponctuellement les vitesses commerciales des navires, quitte à consommer plus de fuel, afin de réduire les temps de transit. L’objectif étant également de réintégrer du tonnage dans les rotations en procédant au rapatriement d’urgence de conteneurs vides d’Asie, avec un focus tout particulier sur les fameux reefers.

Le magazine et les hors-séries

Stratégies Logistique 185 - octobre / novembre 2020

Stratégies Logistique n°185 est paru.

Supplément SIMI 2019

Téléchargez ce supplément consacré à l’immobilier logistique et au salon SIMI, qui s’est tenu à Paris du 11 au 13 décembre 2019.

Cliquez ici pour télécharger ce hors-série.

Hors-série n° 18 - Retail Chain

Téléchargez ce hors-série consacré à l’événement Retail Chain, qui s’est tenu à Paris le 10 avril 2019.

Cliquez ici pour télécharger ce hors-série.