Accueil / Entreprise /

GT Logistics cible la chaîne de valeur industrielle

, par Erick Demangeon

GT Logistics capitalise sur l’expertise acquise dans l’externalisation logistique pour se diversifier dans le conseil et l’externalisation d’opérations industrielles. Ce projet devrait voir le jour dans le courant de l’année prochaine où le retour de l’inflation et les difficultés de recrutement l’inquiètent.

La nouvelle feuille de route Cap 2024 de GT Logistics a une ambition : «  être le prestataire logistique préféré de l’industrie ». Pour le spécialiste de la logistique industrielle sur sites clients, elle suppose de proposer de nouvelles expertises voire de monter dans la chaîne de valeur industrielle. Présenté comme un relais de croissance, « ce projet sera porté par une nouvelle filiale dédiée », précise son fondateur et président non exécutif Eric Sarrat. Sa création et un recrutement spécifique sont prévus en 2022. Cette nouvelle filiale œuvrera «  dans le conseil avec ou sans délégation de production ». Si toutes les filières et tailles d’entreprises seront adressées, quelques thèmes sont d’ores et déjà ciblés autour « de l’optimisation des flux industriels, la mécanisation et la robotisation des process, le contrôle qualité et la maintenance industrielle ». Les spécialités de GT Logistics dans l’automobile, l’aéronautique ou la défense pourraient servir de tremplin à la future filiale. Eric Sarrat estime que 5 % de son chiffre d’affaires actuel provient déjà d’activités industrielles réalisées pour le compte de ses clients. Pour soutenir la prochaine entité affublée du nom de code « GTX », le président se déclare « prêt à investir » et à proposer « des transferts d’activité avec personnel et machines » comme GT le fait dans la prestation logistique depuis sa création en 2001.

Nouvelles collaborations dans la chimie

Déclarant une présence sur 45 sites, GT Logistics devrait clôturer l’année 2021 « sur une croissance rentable de 12 % et un chiffre d’affaires d’environ 73 M€ », selon son nouveau directeur général Rodolphe Cavaglieri. A l’origine sans doute de sa volonté de trouver des relais de croissance, le groupe s’attend à une année 2022 « compliquée » reprend Eric Sarrat. Au cours des derniers mois, il reconnaît avoir perdu « deux contrats importants dans l’automobile avec PSA à Sochaux et Continental à Toulouse ». Cette perte d’activité devrait toutefois être partiellement compensée par la signature de nouvelles collaborations dans la chimie avec Inéos à Lavéra, près de Marseille, et Solvay à Lyon.

Désaccord avec Union TLF

En 2022, le retour de l’inflation et les difficultés de recrutement sont d’autres défis cités par GT Logistics avec le changement de ses systèmes d’information prévu sur ces deux prochaines années. Selon Eric Sarrat, la revalorisation des salaires due à l’inflation risque d’être « très importante si le projet instaurant un 13e mois dans la branche logistique est signé ». Ce sujet est sensible pour le patron de GT qui se déclare « furieux et en total désaccord avec l’Union TLF à l’origine de cette proposition ». Il aurait préféré d’autres approches « plus nobles comme la participation et l’intéressement qui contribuent à la performance de l’entreprise ». Faute d’avoir été entendu, le logisticien a décidé de quitter l’organisation patronale.

Le magazine et les hors-séries

Stratégies Logistique 192 - décembre 2021 / janvier 2022

Stratégies Logistique n°192 est paru.

Supplément SIMI 2021

Téléchargez ce supplément consacré à l’immobilier logistique et au salon SIMI, qui s’est tenu à Paris du 8 au 10 décembre 2020.

Cliquez ici pour télécharger ce hors-série.

Hors-série n° 19 - Retail Chain

Téléchargez ce hors-série consacré à l’événement Retail Chain, qui s’est tenu à Paris et en ligne le jeudi 14 octobre 2021.

Cliquez ici pour télécharger ce hors-série.